Les deux lectures

10/01/2021

​Communiqué du Réseau citoyen du Cercle Normand de l'Opinion

La lutte erratique contre le Covid 19 ne résume pas l’action gouvernementale ainsi qu’on pourrait le croire selon le matraquage médiatique qui finit par déglinguer la société plus que la pandémie elle-même. La vie continue pourtant et les observateurs attentifs relèvent deux initiatives du Gouvernement qu’on peut intégrer dans le grand mouvement de décentralisation / déconcentration, voire dans l’aménagement du territoire : il s’agit du Programme Petites Villes de demain et de la nomination d’un sous-préfet à la relance, attaché au Préfet de Région.

Comme toujours en pareil cas, une lecture double est portée sur les significations économique et politique de ces volontés gouvernementales. D’un côté, il est noté tout l’intérêt des objectifs de ces dispositifs, de l’autre, certains – méfiants – redoutent à la fois le retour au jacobinisme et les visées politiciennes d’un Gouvernement, maître des horloges des prochaines élections régionales et départementales.

Savoir raison garder en l’occurrence, c’est analyser avec objectivité ces initiatives gouvernementales et leur traduction sur le terrain, mais l’honnêteté ne doit pas nous dispenser de nous déterminer et c’est ce que nos Cercles entendent délivrer dans ces premières « Répliques Normandes » de 2021… Occasion pour tous nos correspondants et amis de souhaiter une bonne nouvelle année à tous les Normands.

160 communes, de moins de 3 500 hab. pour la moitié d’entre elles, ont été retenues dans le cadre du dispositif « Petites Villes de demain ». Jacqueline Gourault, très active et très présente Ministre de la Cohésion des territoires, fait « la tournée des popotes » pour expliquer le but de ce projet et les moyens mis en œuvre pour revivifier le tissu des petites cités qui, en Normandie, sont une des garanties pour combattre les désertifications dont souffre la France périphérique. « Redonner de la force à ces petites villes », « Coup de pouce pour ces petites cités », tels sont les titres des articles que l’on trouve dans la presse normande. Pour chacune d’elles, l’État va apporter des aides spécifiques. Quelques exemples : à Livarot, amélioration de l’habitat, à Beuzeville, restauration d’un manoir, à Barentin, revitalisation du centre-ville et réaménagement de la friche Badin… 160 communes retenues, 160 projets aidés.

Un « Monsieur Relance », en la personne du sous-préfet Paul Bourgeois, va seconder le Préfet de Région au chevet de l’économie normande, assez mal en point à cause de la crise virale. Son rôle : coordonner organismes et forces vives pour redonner du dynamisme. Sans doute va-t-il disposer de moyens…

Les méfiants ont une autre lecture : le Gouvernement flatte le niveau communal car il ne dispose pas de relais suffisants au niveau des départements et de la Région et… on est à la veille des élections locales. D’autre part, la haute administration, toujours technocratique, entend contrôler la politique de relance économique. On peut développer à l’envi ces remarques, peut-être justifiées, mais – parce qu’il faut être positif – nous pensons qu’il convient de tout faire pour que ces deux initiatives gouvernementales réussissent. Les arrière-pensées ne sont pas de mise en ces temps très difficiles et, puisque nous sommes en période des vœux, souhaitons que l’ON (indéfini et général) ait la sagesse d’associer la Région et les départements à ces entreprises de salubrité économique.

C.N.O. de Bolbec, le 10 janvier 2021


Les deux lectures


Commentaires (0)